2014-09-28

Chronique de la ronde 4 du Montcalm 1 (saison 2014-2015)

Chronique de la ronde 4 du Montcalm 1 (saison 2014-2015)
    • Le beau temps est revenu cette semaine, mais heureusement, cela n'a pas découragé les joueurs de venir jeudi soir !
      Seize parties, en effet, se sont jouées pour cette ronde 4 (je ne compte pas la partie gagnée par forfait à l'échiquier 11), sans aucune nulle !
    • L'horizon s'est à présent dégagé pour la victoire finale du premier tournoi de l'année : Claude Lessard est seul en tête avec 4 en 4, et seul Dominic Cournoyer est en mesure de lui ravir la victoire en l'emportant contre lui la semaine prochaine. Tout se jouera donc dans la dernière ronde. À suivre !

  • Menu :
  • Nouveaux inscrits
    Pas de nouveaux inscrits cette semaine.

  • Abandons
    Aucune défection dans les rangs pour cette pénultième ronde.

  • Repos et exemptions (aussi appelés « byes » en anglais)
    • Comme annoncé, André Bourassa (1820), Yvon Bluteau (1787) et Claude Belzil (1363) ont pris une exemption ; Vincent Vial (1364) les a rejoints, en ayant prévenu notre arbitre très très tôt ce matin.
    • Rappel : Gaétan a un répondeur téléphonique, sur lequel on peut lui laisser des messages. Pas besoin d'appeler aux aurores, donc !

  • Résultats
    • C'était ce soir le jour des blancs : sur dix-sept parties jouées, aucune ne s'étant conclue par la nulle (même si une au moins aurait dû s'achever ainsi), les blancs l'ont emporté sur quatorze échiquiers (dont les six premiers). Cela confirme ce qu'on savait déjà : avoir le trait est un avantage, qui peut se révéler décisif à notre niveau. Donc travaillez vos ouvertures et vos plans du côté des noirs pour faire la différence !

    • Les surprises !
      • Au quatrième échiquier, Daniel Dubé (1832) a battu Paul Marquis (2033).
      • Au sixième échiquier, Arthur Ripoll (1733) a battu Gaétan Lapierre (2004).
      • Au dixième échiquier, Vlad Calafateanu (1416) l'a emporté sur Marc Sarra-Bournet (1808).

    • Les résultats sont aussi sur le site du club (cliquez ici).
#1 : C. Lessard (2045)     [1-0]     G. Boulianne (1780)
#2 : D. Cournoyer (1931)     [1-0]     É. Dumont (1703)
#3 : R. Plante (2033)     [1-0]     É. Sirois (1708)
#4 : D. Dubé (1832)     [1-0]     P. Marquis (2033)
#5 : D. Bonneau (2018)     [1-0]     P. Cummins (1780)
#6 : A. Ripoll (1733)     [1-0]     G. Lapierre (2004)
#7 : V. Oliver (1693)     [0-1]     D. Lamontagne (1889)
#8 : S. Pelletier (1179)     [0-1]     S. Doyon (1879)
#9 : M. Leblanc-Legault (1427)     [1-0]     D. Genest (1377)
#10 : V. Calafateanu (1416)     [1-0]     M. Sarra-Bournet (1808)
#11 : D. Pelletier (1362)     [1-0 déf.]     A. jr Hébert (1621)
#12 : S. Gagnon (1558)     [1-0]     J. Chevalier (1401)
#13 : F. Thériault (1549)     [1-0]     J.-F. Côté (1188)
#14 : Y. Badeaux (1476)     [1-0]     N. Teurtrie (1150)
#15 : P. Lê-Huu (1354)     [0-1]     L. Bernatchez (1420)
#16 : P. Gingras (1647)     [1-0]     F. Côté (1112)
#17 : R. Desbiens (1477)     [1-0]     S. Chabot (1282)
A. Bourassa (1820)     [0]     Exemption
Y. Bluteau (1787)     [0]     Exemption
V. Vial (1364)     [0]     Exemption
C. Belzil (1363)     [0]     Exemption
A. Pouliot (1351)     [0]     Exemption

  • Classement
    • Au classement, donc, Claude Lessard a tourné en tête avec 4 en 4, talonné par Dominic Cournoyer avec 3,5 en 4. Tout se jouera dans la dernière ligne droite pour la première place, tandis que pour la deuxième place, outre Dominic, sept joueurs, qui pointent à 3 en 4, peuvent espérer : Réjean Plante, Daniel Bonneau, Danny Lamontagne, Stéphane Doyon, Daniel Dubé, Gabriel Boulianne et l'auteur de ces lignes.
    • Les résultats sont sur le site du club (cliquez ici).

  • Parties
    • Au premier échiquier s'affrontaient les deux seuls joueurs au score parfait, Claude « l'hypermoderne » Lessard et Gabriel « le classique » Boulianne. L'ouverture choisie par Claude, une Réti, est un système polymorphe, qui lui a permis de placer deux fianchetti (pour compenser la semaine dernière), dont l'un avec 2. b4, le fameux système dit de « l'orang-outang », inspiré à X. Tartakover par ce singe au zoo du Bronx (on l'appelle aussi « début Sokolsky », mais c'est moins drôle).
      Quoi qu'il en soit, la partie rappelait les grands combats des années 30 entre hypermodernes, tentant comme Claude de contrôler le centre à distance ou de l'attaquer par le flanc, et les joueurs classiques, occupant le centre avec pièces et pions comme l'a fait Gabriel.
      Et c'est la première stratégie qui l'a emporté, après une erreur de Gabriel qui peut paraître insignifiante, mais s'est révélée importante : le coup 14. e4 permet aux blancs de jouer Cf5, ce que les noirs ne doivent pas autoriser. C'est pourquoi au coup joué par Gabriel, 14...d4, qui peut paraître bon car il paralyse le fou noir, il fallait préférer 14...exd4, qui donne le temps aux noirs de jouer 15...g6. Après le coup du texte, les noirs étaient mieux... et cet avantage n'a fait que s'accroître jusqu'à une nouvelle imprécision de Gabriel, qui a autorisé 24. a4 (il fallait l'empêcher par 23...a4!). À ce moment, même si les noirs n'avaient qu'un pion de retard, ils étaient perdus positionnellement, et la suite l'a prouvé : les échanges de matériel n'ont fait qu'asseoir la domination des pièces blanches sur l'échiquier, et Claude a même pu se lancer dans une attaque de mat en profitant du fait que Gabriel avait envoyé sa dame de l'autre bord (tiens, ça me rappelle des souvenirs...).
      Donc hypermodernes 1, classiques 0. Mais qui arrêtera Claude ?


      (Ceux qui ont du mal avec l'interface Javascript peuvent cliquer ici pour la voir sur QuébecÉchecs.)

      % PARTIE 1




    • Au deuxième échiquier, pendant ce temps, Dominic Cournoyer avait les blancs contre Éric Dumont, et c'est le symétrique 1...c5 qu'Éric a choisi pour répondre à l'anglaise de Dominic. Le centre s'est ensuite dégagé après 3. d4 cxd4, et les deux camps s'observaient de loin, chacun plaçant ses fous en fianchetto pour attaquer l'autre à distance. Deux hypermodernes, en somme...
      Éric tentera le premier de reprendre le centre par 14. e5?, qui présente l'inconvénient de long terme de créer un pion arriéré en d6, juste sous le feu de la tour blanche placée en d1. C'est sur ce point névralgique que Dominic appuiera après une série d'échange en d5. Tandis qu'Éric tentait tant bien que mal de se défendre par une longue chaîne de pions sur la diagonale h7-e4, Dominic reculait sa tour 28. Tdd1 pour placer le cavalier en d5, d'où il menaçait de prendre en b6 ou d'éliminer le fou e7 qui protégeait d6, avant de bondir en c7 pour prendre en a6 ! C'est alors qu'Éric, sans doute sous pression défensive, s'est décidé à pousser ses pions par 30...a5 et 31...d5.
      Mais si la première poussée est justifiée, la seconde est en revanche plus douteuse, car elle ouvre la colonne c à la tour blanche et lui permet de se placer idéalement en c6. Dès lors, la défense noire devenait compliquée, et n'était possible qu'avec le fou de cases noires. Or 33. Fc5 ? permettait aux blancs de l'échanger. Les pions passés b5 et d5 étaient ensuite trop forts, et Dominic a pu conclure en montrant une belle technique, malgré une défense acharnée d'Éric.

      (Ceux qui ont du mal avec l'interface Javascript peuvent cliquer ici pour la voir sur QuébecÉchecs.)

      % PARTIE 2




    • Autre anglaise au troisième échiquier, mais Éric Sirois a répliqué de manière dissymétrique par 1...Cf6 face à Réjean Plante.
      Au sortir de l'ouverture, c'est Éric qui occupait finalement le mieux l'espace de l'échiquier, tandis que Réjean se retrouvait dans une position plus passive et avait du mal à contenir l'attaque d'Éric à l'aile-dame. De fait, après l'échange des tours en c1, c'est Éric qui occupait la colonne ouverte et avait une position nettement supérieure.
      Mais comment l'exploiter ? En l'abandonnant au profit de la colonne a ! En effet, d'une part, les blancs pouvaient facilement, pour bloquer la tour adverse, boucher la colonne c par Cc4, avant-poste idéal pour le chevalier blanc, d'autre part, Ta8 menaçait Ta2, coup très fort. Éric a choisi 22...Da4?, et l'avantage blanc s'est complètement évaporé.
      C'est même Réjean qui est passé à l'attaque et après une série d'échange s'est retrouvé avec un pion passé isolé, protégé de derrière par une tour, comme il se doit. Le pion a alors filé à dame, sans qu'Éric sache vraiment comment l'arrêter. Le plus évident était de profiter de 32. Ta1 (menaçant Ta8 et Txb8, en profitant de ce que le pion b2 est protégé par le fou) pour jouer 32...Tb2. Sur 33. Ta8, 33...Tb1+ forçait 34. Ff1. Le fou ne protégeait alors plus le pion, et 34...Txb2. Mais cette manœuvre a échappé à Éric, qui huit coups plus tard devait coucher son roi.
      Un résultat à la fois encourageant et décevant pour Éric, donc, qui avait une belle position après l'ouverture, mais n'a pas su faire face à la technique impeccable de Réjean, qui a su parfaitement retourner la situation à son avantage.

      (Ceux qui ont du mal avec l'interface Javascript peuvent cliquer ici pour la voir sur QuébecÉchecs.)

      % PARTIE 3




    • Au quatrième échiquier, Daniel Dubé avait les blancs contre Paul Marquis et s'est vu opposer une défense Pirc. Paul est cependant rapidement sorti de la théorie, de façon pas très heureuse, par les poussées 6...c6, 7...b5 et 8...b4. Les noirs se trouvaient alors dans une position inférieure, mais l'échange des fous en a6, accepté par Daniel (10. Fxa6), rétablissait l'équilibre.
      C'est alors que Daniel s'est attaqué au pion arriéré c5 (jusqu'à 19. Td5), mais Paul a répliqué comme il fallait, c'est-à-dire de façon dynamique, poussant les pions attaqués et échangeant les pièces menaçantes (21...Dxa5, 22...Cxd4), si bien qu'il a finalement réussi à redresser la barre et à se retrouver avec deux pions liés contre un à l'aile-dame. C'est alors que Daniel s'est mis en danger par 35. Td2? (au lieu de 35. Txb5, qui maintenait l'égalité), tombant dans une situation de défense passive et permettant à Paul de pousser ses pions. Mais trois coups plus tard, ce dernier manquait une suite très tactique : 38...b3 39. Rxc3 (39. cxb3? Td2+ gagne la tour) bxc2 40. Rd2 c1=D+ 41. Rxc1 Txg2, et le pion h3 va tomber, laissant les noirs dans une position très supérieure).
      Au lieu de cela, la suite plus naturelle choisie par Paul, avec 38...Rf6, l'a finalement mené à laisser à son adversaire un magnifique pion passé isolé sur la colonne 'c' ! La position était alors difficile à tenir, mais la principale erreur de Paul, très instructive, a été 53...gxh4. Dans ce genre de position, en effet, l'échange des pions g et h est mortel pour les noirs, qui devraient tôt ou tard échanger leur tour contre le pion c. Donc il valait mieux, autant que possible, qu'ils gardassent leur pion sur la colonne g pour bloquer (sans échanger) le pion blanc de la colonne g. Au lieu de cela, deux coups plus tard, 55. g4 forçait l'échange des pions et les blancs étaient alors gagnants. Daniel a fait preuve d'une technique sans faille pour transformer l'essai, et Paul n'a pu que s'incliner.
      Une partie très intéressante, en tout cas, pleine de rebondissements, et très instructive pour les finales de tours+pions !
      (Ceux qui ont du mal avec l'interface Javascript peuvent cliquer ici pour la voir sur QuébecÉchecs.)

      % PARTIE 4




    • Au sixième échiquier, je doublais les blancs pour affronter Gaétan Lapierre, déjà expert depuis un bon bout de temps mais tout juste repassé au-dessus de la barre des 2000 avant l'été (voir Échec+).
      Cette partie n'a fait que confirmer l'adage bien connu : quand on essaye de forcer le gain dans une position nulle, il arrive assez souvent que l'on perde !
      En effet, pour commencer ce commentaire par la fin de la partie, il était clair après l'échange des tours au 61e coup, que si l'un des deux camps avait un avantage, c'étaient les blancs, qui ont deux pions liés, mais que cet avantage était très insuffisant pour gagner, les noirs pouvant facilement empêcher les blancs de progresser. C'est pourquoi j'ai proposé la nulle à Gaétan au 62e coup. Ce dernier, cependant, a tenté de forcer le gain par un plan qui ne pouvait qu'obtenir la nulle, au mieux, mais il a en sus commis l'erreur tragique d'échanger le fou par 63...Fe5??, après quoi la position était facilement gagnante pour les blancs par la manœ Rb3-Ra4-Ra5-Rxa6-etc., même si les noirs tentent de gagner les cases a8-b8-c8 pour tenter de faire nulle. Nous étions, à vrai dire, tous deux extrêmement fatigués, vu l'heure, et en très grand zeitnot. Ainsi s'explique, à mon sens, l'erreur d'appréciation de Gaétan et le fait que je n'ai pas plus vu moi-même que j'avais immédiatement le gain. Ce n'est que sept coups plus tard, après avoir tenté de montrer que je tenais fermement l'opposition et ne laisserais pas passer le roi noir, que j'ai calculé un peu et obtenu la victoire.

      Revenons à présent au déroulement de la partie. Je dirais, en résumé, que je n'ai jamais vraiment été en danger, mais je n'ai pas eu non plus l'impression d'avoir une position franchement gagnante : il m'a semblé que j'étais un peu mieux, c'est tout. Comme la partie, quoique ayant connu un développement assez plat jusqu'au 62e coup, étant malgré tout assez tactique, je commenterai ici certains moments de la partie où j'ai eu à faire des choix. Ceux-ci ont été parfois bons, parfois mauvais, parfois seulement pas les meilleurs... je vous laisse juges !
      • D'abord, j'ai été, je dois dire, un peu surpris par 9...d5?, car ce coup mène à une succession d'échanges, ce qui faisait mon affaire car une nulle m'allait très bien, mais me donnait en outre un avantage d'initiative après 13. O-O-O. Le plus amusant était que je devais choisi entre la prise par le pion (9. exd5) et celle par le cavalier (9. Cxd5) et qu'au même moment, à ma gauche, Vance Oliver devait faire exactement le même choix (pas dans la même position, cependant) contre Danny Lamontagne. Finalement, Vance et moi avons pris du pion !
      • Pour mon 14e coup, j'ai longtemps hésité sur la marche à suivre : pousser c4 tout de suite (puis Cc5 pour avoir la paire de fous), jouer Cc5 d'abord, mettre le fou de cases blanches en e2 pour pousser g4 ? Finalement, j'ai joué Cc5, mais ce genre de coups qui se veut astucieux est en général faux. Ici, cependant, on dirait que ce n'est pas une catastrophe. Gaétan a répliqué par une vigoureuse poussée de pion comme il les affectionne : 14...f5 (j'attendais plutôt 14...f6).
      • Sur 18. g4, j'attendais 18...Ce6, qui force 19. Cxe6 Fxe6 20. gxf5 gxf5. Cette suite, qui laisse les noirs avec une bonne structure, m'a fait hésiter à jouer 18...Ce6, mais ne voyant rien d'autre, je m'en suis contenté... et Gaétan a joué 18...fxg4, qui m'a semblé sur le moment être une erreur pour la structure de pions (mais l'ordinateur n'est pas exactement de cet avis).
      • 21. h3 visait à limiter l'action du fou de cases blanches, mais j'ai hésité avec 21. g5 suivi de 22. h4 pour gagner de l'espace.
      • J'étais très fier de 22. Fh6, car je pensais que j'allais gagner le pion e5 tout de suite, mais je n'avais pas vu 22...Ff8.
      • Sur 23...h5, je crois avoir répliqué comme il faut par 24. Te1, mais deux coups plus tard, j'ai hésité entre 26. Fxg6 et 26. Txe5. J'ai pris le premier, en me disant que le pion 'd' tomberait tôt ou tard.
      • J'ai ensuite pris une belle initiative, et 31...Fc6 m'a paru très douteux, en raison de la mauvaise structure de pions qu'il implique. Je n'en ai ensuite malheureusement profité par 33. Ta7 ou 34. Ta7. J'ai envisagé ce coup, mais j'ai eu peur de la poussée du pion 'e'. 35. Rd3 est une erreur, et Gaétan a souri en poussant le très fort 35...e4+.
      • Sur le très bon 38...Tf3, que je n'avais pas vu, 39. Fd2 me paraît le meilleur coup, mais la machine préfère 38. Th7+ Fe7 39. Fe1. Elle doit avoir ses raisons...
      • Au partir du 43e coup, la partie était au moins nulle pour moi, mais il s'agissait de ne pas gaffer. D'où une succession de coups cherchant à provoquer une erreur noire, car Gaétan était en retard à la pendule, mais rien à faire. Je n'avais pas vraiment le temps d'élaborer un plan, d'où le caractère assez désordonné de l'action de mes pièces. Devant la défense parfaite de Gaétan, je me suis résigné à proposer la nulle... mais vous connaissez la suite.

      (Ceux qui ont du mal avec l'interface Javascript peuvent cliquer ici pour la voir sur QuébecÉchecs.)

      % PARTIE 5


À la semaine prochaine, pour la conclusion de ce premier tournoi de l'année !

--Arthur


% PGN 1
[Event "Montcalm 1"]
[Site "Club d'échecs Montcalm"]
[Date "2014.09.25"]
[Round "4"]
[White "Lessard, Claude"]
[Black "Boulianne, Gabriel"]
[Result "1-0"]
[WhiteElo "2045"]
[BlackElo "1780"]

1. Nf3 Nf6 2. b4 d5 3. Bb2 Bf5 4. g3 e6 5. a3 Bd6 6. Bg2 Nbd7 7. d3 h6 8. Nbd2 O-O 9. O-O Qe7 10. c4 c6 11. Re1 e5 12. cxd5 cxd5 13. Nh4 Be6 14. e4 d4 15. Nf5 Bxf5 16. exf5 Qd8 17. Bxb7 Rb8 18. Bg2 a5 19. Nc4 Bc7 20. Qd2 Re8 21. Bc6 Re7 22. b5 Nc5 23. Qd1 Nfd7 24. a4 Nb6 25. Nxb6 Rxb6 26. Ba3 Rxc6 27. bxc6 Bd6 28. Bxc5 Bxc5 29. f6 gxf6 30. Rc1 Qb6 31. Qg4+ Kh7 32. Qf5+ Kg7 33. Re4 Re6 34. Rg4+ Kf8 35. Qh7 Ke7 36. Rg7
{Les noirs abandonnent.} 1-0

% PGN 2
[Event "Montcalm 1"]
[Site "Club d'échecs Montcalm"]
[Date "2014.09.25"]
[Round "4"]
[White "Cournoyer, Dominic"]
[Black "Dumont, Éric"]
[Result "1-0"]
[WhiteElo "1931"]
[BlackElo "1703"]

1. c4 c5 2. Nf3 Nf6 3. d4 cxd4 4. Nxd4 b6 5. g3 Bb7 6. Nf3 Nc6 7. Bg2 g6 8.
O-O Bg7 9. Nc3 O-O 10. Bf4 d6 11. Qa4 Qd7 12. Rfd1 Rfc8 13. Rac1 Qe8 14. b4
e5 15. Bg5 Qf8 16. Bxf6 Bxf6 17. Nd5 Bg7 18. e3 Ne7 19. Ng5 Nxd5 20. Bxd5
Bxd5 21. Rxd5 Bf6 22. Ne4 Be7 23. Qd1 Rd8 24. Qd3 f5 25. Nc3 a6 26. a3 Qf6
27. Qe2 e4 28. Rdd1 Qf7 29. Nd5 Rab8 30. Nc7 a5 31. b5 d5 32. cxd5 Bxa3 33.
Rc6 Bc5 34. Ne6 Rdc8 35. Nxc5 bxc5 36. Qc4 Ra8 37. Qxc5 Rd8 38. b6 a4 39.
Rc7 Qf6 40. b7 Rab8 41. Qe7 Qxe7 42. Rxe7 a3 43. Rc7 a2 44. Ra1 Rxd5 45.
Rxa2 Rd1+ 46. Kg2 Rdd8 47. Rac2 h6 48. Rc8 Rxb7 49. Rxd8+ Kf7 50. Rc6
{Les noirs abandonnent.} 1-0

% PGN 3
[Event "Montcalm 1"]
[Site "Club d'échecs Montcalm"]
[Date "2014.09.25"]
[Round "4"]
[White "Plante, Réjean"]
[Black "Sirois, Éric"]
[Result "1-0"]
[WhiteElo "2033"]
[BlackElo "1708"]

1. c4 Nf6 2. g3 d5 3. cxd5 Nxd5 4. Nf3 c5 5. Bg2 Nc6 6. O-O e5 7. d3 f6 8.
Nbd2 Be6 9. Nc4 Qd7 10. Re1 Be7 11. Bd2 O-O 12. Rc1 Rab8 13. a3 Rfc8 14.
Ne3 Nxe3 15. Bxe3 Nd4 16. Nd2 Qb5 17. Bxd4 cxd4 18. b4 Rxc1 19. Qxc1 Rc8
20. Qb2 a5 21. Rb1 axb4 22. axb4 Qa4 23. Nc4 Qb5 24. Qa2 Kf8 25. Qa7 Bxc4
26. dxc4 Qxc4 27. Qxb7 Qc7 28. Qxc7 Rxc7 29. b5 Rc2 30. b6 Bd6 31. b7 Bb8
32. Ra1 Ke7 33. Ra8 Rc1+ 34. Bf1 e4 35. Rxb8 d3 36. exd3 exd3 37. Re8+ Kf7
38. b8=Q d2 39. Rf8+ Kg6 40. Rd8
{Les noirs abandonnent.} 1-0

% PGN 4
[Event "Montcalm 1"]
[Site "Club d'échecs Montcalm"]
[Date "2014.09.25"]
[Round "4"]
[White "Dubé, Daniel"]
[Black "Marquis, Paul"]
[Result "1-0"]
[WhiteElo "1832"]
[BlackElo "2033"]

1. e4 d6 2. d4 Nf6 3. Nc3 g6 4. Nf3 Bg7 5. Bg5 h6 6. Be3 c6 7. h3 b5 8. Bd3 b4 9. Nb1 Ba6 10. Bxa6 Nxa6 11. Qd3 Nc7 12. Nbd2 Nd7 13. O-O O-O 14. Qc4 c5 15. dxc5 dxc5 16. Rad1 Ne6 17. Nb3 Qc7 18. Qb5 Rfd8 19. Rd5 a6 20. Qa5 c4 21. Nbd4 Qxa5 22. Rxa5 Nxd4 23. Nxd4 Rdc8 24. Rd1 Nc5 25. Nc6 Rxc6 26. Bxc5 Bxb2 27. Bxb4 Re6 28. f3 Rb8 29. a3 Rb5 30. Rxb5 axb5 31. Rd5 Ra6 32. Bxe7 Bxa3 33. Bxa3 Rxa3 34. Kf2 Ra2 35. Rd2 b4 36. Ke3 c3 37. Rd8+ Kg7 38. Kd3 Kf6 39. Rb8 Rb2 40. f4 g5 41. Rb6+ Kg7 42. f5 Rb1 43. e5 Re1 44. e6 fxe6 45. fxe6 Kf6 46. Rxb4 Rxe6 47. Kxc3 Re2 48. Rg4 Kf5 49. Rg3 Kf4 50. Rg4+ Ke3 51. Kb3 Kf2 52. c4 Re5 53. h4 gxh4 54. Rxh4 h5 55. g4 Kg3 56. Rxh5 Re3+ 57. Kb4 Kxg4 58. Rd5 Kf4 59. c5 Re6 60. Kb5 Re1 61. c6 Rb1+ 62. Kc5 Rc1+ 63. Kb6 Ke4 64. Rd2 Ke5 65. c7 Rb1+ 66. Kc6 Rc1+ 67. Kd7
{Les noirs abandonnent.} 1-0

% PGN 5
[Event "Montcalm 1 (suisse) 2014"]
[Site "Cercle d'échecs Montcalm"]
[Date "2014.09.25"]
[Round "4"]
[White "Ripoll, Arthur"]
[Black "Lapierre, Gaétan"]
[WhiteElo "1733"]
[BlackElo "2004"]
[Result "1-0"]
[PlyCount "153"]

1. e4 c5 2. Nf3 a6 3. d4 cxd4 4. Nxd4 Nf6 5. Nc3 d6 6. f3 e5 7. Nb3 Be6 8.
Be3 Nc6 9. Qd2 d5 10. exd5 Nxd5 11. Nxd5 Qxd5 12. Qxd5 Bxd5 13. O-O-O O-O-O
14. Nc5 f5 15. c4 Bf7 16. Rxd8+ Nxd8 17. Bd3 g6 18. g4 fxg4 19. fxg4 Ne6
20. Nxe6 Bxe6 21. h3 Be7 22. Bh6 Bf8 23. Bd2 h5 24. Re1 hxg4 25. hxg4 Bxg4
26. Bxg6 Bd6 27. Bc3 Rg8 28. Bf7 Rf8 29. Bd5 Re8 30. Rg1 Bd7 31. Rg7 Bc6
32. Bxc6 bxc6 33. Kd2 Bf8 34. Rh7 Bc5 35. Kd3 e4+ 36. Ke2 Rf8 37. Rh2 Kd7
38. b4 Rf3 39. Bd2 Bd6 40. Rh4 Ra3 41. Rxe4 Rxa2 42. c5 Be7 43. Kd3 Ra3+
44. Kc4 Bf6 45. Rf4 Ke6 46. Re4+ Kd7 47. Re2 Rf3 48. Rh2 Rg3 49. Rh7+ Rg7
50. Rh6 Rg4+ 51. Kb3 Be5 52. Rh7+ Rg7 53. Rh5 Bc7 54. Rh8 Rg3+ 55. Ka4 Rg2
56. Bc3 Re2 57. Rh7+ Re7 58. Rh8 Re8 59. Rh7+ Kc8 60. Rh8 Rxh8 61. Bxh8 Kd7
62. Kb3 {Les blancs proposent la nulle, les noirs refusent.}
Ke6 63. Kc4 Be5 64. Bxe5 Kxe5 65. Kc3 Ke4 66. Kc4 Ke5 67. Kc3 Ke4
68. Kc4 Ke3 69. Kc3 Ke2 70. Kc2 Ke3 71. Kb3 Kd4 72. Ka4 Kc4 73. Ka5 Kb3 74.
Kxa6 Kxb4 75. Kb6 Kc4 76. Kxc6 Kb4 77. Kb6
{Les noirs abandonnent.} 1-0


Les parties sont affichées sur ce site avec l'interface Javascript du site

ChessTempo

. Merci à eux !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire